Nous avions lancé le mouvement fin août en annonçant notre petit déjeuner Pandémie grippale, télétravail et Google Apps le 22 septembre (c’est complet !), depuis plein d’articles sur le sujet sortent, et avec raison. On pourra citer entre autres le CXP qui pointe vers leurs différentes études d’outils de collaboration et d’entreprise 2.0 et rappelle l’utilité de ces solutions pour travailler de manière moderne ; et Xavier de Mazenod qui édite la liste des 10 outils collaboratifs indispensables pour passer la pandémie, et dans lesquels on retrouve entre autres Google et Netcipia (j’ajouterais à GMail et Google Docs l’utilisation consolidée pour les entreprise qu’en permets Google Apps) 🙂

Faudra-t-il qu’en France ce soit la grippe qui favorise l’adoption des usages collaboratifs dans l’entreprise ? Et que notre classe dirigeante découvre enfin qu’il est possible de travailler autrement qu’en ayant ses collaborateurs attachés à leur siège ? Tant mieux si c’est bien le cas, et si c’est durable ensuite.

Le problème est que dans bien des cas, les collaborateurs à l’extérieur de l’entreprise (du firewall comme on dit) peuvent utiliser tous ces outils modernes, mais ce sont souvent ceux restés dans l’entreprise qui ne peuvent pas les utiliser, à cause justement des contraintes draconiennes imposées par leurs services de sécurité. Le problème n’est donc résolu qu’à moitié, c’est à dire que ceux qui ne peuvent venir au bureau pour cause de grippe ou de fermeture de leur lieu de travail pourront travailler entre eux de manière moderne et efficace, mais pas avec leurs collègues éventuellement restés dans les immeubles ! Dommage… Espérons qu’en rentrant, les télétravailleurs feront découvrir aux restant les niveaux d’efficacité atteints dans le business grâce à cette liberté retrouvée, et qu’ils pourront faire bouger les lignes 🙂

Ce serait amusant que suite à la pandémie grippale on découvre que les gens ont mieux bossé et été plus efficaces pour leur entreprise en étant dehors que dedans ? 😉

Lectures similaires: