En attendant mon train à Bruxelles, j’ai découvert dans le SVN d’octobre comment Thalys a réussi à implémenter le wifi dans ses trains, malgré le fait qu’ils roulent à 300 km/h, ce qui n’était pas une mince affaire.

Trois technologies sont en fait utilisées par le train pour se connecter à internet pendant le trajet, le satellite, l’UMTS et le wifi. 95% de la connexion se fait par satellite, avec des antennes disposées sur le toit du train et qui se repositionnent en temps réel au fur et à mesure de l’avancée du train. La liaison satellite est fournie par un satellite espagnol, le flux arrivant à Madrid et circulant en réseau privé jusqu’au siège de Thalys en Belgique d’où ils sont contrôlés. Lorsque le train se trouve dans des zones où la satellite n’est pas capté (tunnel par exemple), c’est l’UMTS qui prend le relai, et à quai, c’est la connexion à une borne wifi dans la gare qui assure la dernière connexion.

Un (ou plusieurs ?) serveur est embarqué dans le train pour assurer la liaison des utilisateurs, les hotspots étant situés dans les plafonds de chaque wagon. Il n’est pas possible non plus d’aller surfer chez le voisin, ni d’utiliser des sites de partage de fichiers en peer-to-peer et une liste de sites “sensibles” est filtrée.

le service est en train d’être généralisé sur tous les trains, mais ne semble pas à 100% opérationnel, puisque bien que mon train de retour soit censé être équipé, je n’ai pas pu cette fois-ci me connecter à internet…

Ce qui n’enlève rien à la performance et à l’utilité du service. Espérons donc que ces soucis techniques de lancement soient résolus au plus vite…

Lectures similaires: