Tout le monde en parle, il s’agit de Google Apps. Pour 50$ par an et par utilisateur, l’entreprise bénéficiera de 10 Go d’espace par compte, et pourra utiliser les produits suivants :

  • Gmail
  • Google Talk (messagerie instantanée)
  • Google Calendar
  • Start page (un équivalent de NetVibes)
  • Docs & Spreadsheets (l’équivalent de Word & Excel, powerpoint arrive)
  • Page creator pour réaliser des sites web
  • Control panel (pour l’admin
  • Une API pour pouvoir s’interconnecter au système d’information
  • Support 24/7 email et téléphone

Vous êtes 10 employés, vous payez 500$ par an, et vous avez globalement 100 Go d’espace.
Vous êtes 30 employés, vous payez 1500$ par an, et vous avez globalement 300 Go d’espace.

Quelques remarques :

  • l’espace se cumule-t-il ou est-il uniquement dédié à chaque compte ? Si on compte utilise 15 Go de données, les 5 Go en trop sont-ils pris sur les 10 Go d’un autre ?
  • GMail est bien, mais en terme de productivité il n’est pas idéal.
  • Docs & spreadsheets sont bien, mais dès qu’on veut faire des fonctions avancées, ça coince !
  • Page creator est pas mal, mais dès qu’on veut faire un vrai site web (j’ai essayé) on est très vite limité
  • Start page c’est sympa, mais… bof…

Bref, vous aurez compris, cette offre est-elle réellement une offre de travail efficace et alléchante ? Alléchante par le prix, oui. Comparé à Microsoft en tout cas. Mais si vous prenez les équivalents bureautiques open source en terme de messagerie, skype pour l’im, open office et wordpress pour la création de blogs et de sites web, finalement pour presque rien n’avez-vous pas une offre beaucoup plus puissante ?

Reste à l’héberger. Pour cela un bon serveur dédié, sécurisé, à moins de 100$ le mois, un wiki open source installé dessus, et le tour est joué. Budget global ? 1200$ d’hébergement, et des vrais outils de productivité, pas des semi-portions.

Bien entendu ces outils vont s’enrichir et posséder de plus en plus de fonctionnalités, mais il me semble extrêmement délicat de pousser une entreprise ayant réellement besoin de productivité personnelle et collective à n’utiliser que les outils de Google. Même la suite de Zoho est à beaucoup d’égards bien plus performante et complète que la suite Google.

Donc finalement à quoi sert Google Apps ? A faire de la concurrence marketing à Microsoft, c’est sûr. A servir sûrement des dizaines, des centaines voire des millions de personnes de par le monde pouvant se contenter de telles offres. Leur nombre peut être très important, d’où sûrement le succès de Google Apps. Mais j’ai l’impression que cela restera limité, pour l’instant, à de petites équipes de personnes ne nécessitant pas de réels outils de productivité, tels que les étudiants, les indépendants, ou les petites structures qui démarrent.

Et pourtant l’envie d’utiliser Google Apps est là, très forte. Je ressens la même impression que devant Groove quand Ray Ozzie avait lancé son produit de collaboration en peer-to-peer en octobre 2000 : une sorte d’attraction irrésistible, et une énorme frustration à l’usage, comme lorsque l’on a acheté une superbe veste mais trop courte. On veut à tout prix la porter, mais on est sans arrêt gêner aux entournures. Et on finit un jour par arrêter de la porter 🙁

Je pense donc que c’est encore trop tôt pour se lancer sérieusement dans Google Apps en véritable remplacement des outils bureautiques modernes. En tout cas d’un point de vue global. Des contextes bien spécifiques doivent permettre de faire une telle (r)évolution des usages, accompagnée d’une telle limitation fonctionnelle, il faut donc les étudier avec soin, et cela surtout auprès des utilisateurs eux-mêmes.

Et si on veut aller dans le sens du non paiement des licences microsoft, autant faire le saut dans le monde de l’open source.

Reste néanmoins le seul grand intérêt de Google Apps : tout est en ligne, plus rien sur le disque dur (à condition de ne pas craindre que toutes vos données, je dis bien TOUTES, soient stockées chez Google…). Donc si vous ne voulez plus non plus utilisez windows et que vous ne voulez plus travailler que sur des terminaux légers (genre Linutop), là la solution est bonne, et à vous de vous restreindre en terme de possibilités fonctionnelles.

Après tout c’est bien ce que l’on a fait avec les wikis par rapport aux plates-formes de collaboration traditionnelles, avec le succès que l’on sait…

Technorati Tags: , , ,

Lectures similaires: